Bureau etudes et vie

Pourquoi et comment mesurer correctement un produit anti-ondes ou un blindage destinés à vous protéger des hautes fréquences et les pièges à éviter

Pourquoi ne voyez-vous pas de différence systématiquement en ce qui concerne la réception des ondes Wi-Fi ou des antennes de téléphonique mobiles avec un blindage anti-ondes ?

Un smartphone ou un ordinateur pour mesurer la réduction des ondes ?
Le piège du profane !

Par Benoît Louppe, expert en bio-environnement électromagnétique
Directeur du bureau Etudes & Vie

Introduction

Souvent, nous sommes contactés pour justifier l’efficacité des produits qui forment un écran contre les hautes fréquences dans un lieu.

    Le tissu de protection SWISS-SHIELD® New-Daylite

Il est fréquent qu’après avoir utilisé de la peinture stop ondes ou anti-ondes à base de carbone ou un baldaquin anti-ondes contre les hautes fréquences ou encore, un rideau écran composé de fils en métal aux fenêtres vous ne voyez pas de réduction des « barres de réception » sur l’écran de votre ordinateur ou smartphone. En effet, assez souvent après vérification, vous captez toujours les ondes Wi-Fi de vos voisins ou les ondes des antennes de téléphonie mobile.

Produit anti-ondes, blindage de protection hautes fréquences.

Il y a plusieurs aspects et réponses à donner pour comprendre les raisons à cela. En effet, cette question est récurrente lorsque des profanes et parfois même des professionnels débutants ont investis dans un système réputé pour arrêter les ondes électromagnétiques de hautes fréquences (hyperfréquences ou micro-ondes). Quelle n’est pas leur déception lorsqu’ils s’engouffrent sous un baldaquin anti-ondes à peine installé et qu’ils captent pratiquement encore la même quantité d’ondes d’un opérateur de téléphonie mobile ou les ondes Wi-Fi des voisins ! Vous avez certainement rencontré ce type de situation si vous avez procédé vous-même à ce type de tests avant et après la pose d’un dispositif destiné à de réduire votre exposition. Comment cela peut-il s’expliquer ? Est-ce la preuve d’une arnaque ou cela constitue un piège chez les profanes?

Un ordinateur portable ou un smartphone ne sont pas des instruments de mesure scientifiques

Tout d’abord ayez bien à l’esprit qu’un ordinateur portable ou un smartphone n’est pas un instrument de mesure scientifique digne de ce nom ! En effet, trouveriez-vous normal de mesurer le poids d’une alliance avec une balance à camion ? Avouez qu’il y a plus précis comme une petite balance qui mesure au gramme près. La comparaison est identique ! Pensez-vous réellement que vos appareils électroniques de télécommunication possèdent une précision suffisante et assez d’échelles de sensibilités comparées à un instrument de mesure des hautes fréquences ? Un appareil de mesure des hautes fréquences ou radiofréquences (ex : Gigahertz-Solutions, Narda, Cemprotec 34, AM11 d’EMField…) possède en général plusieurs échelles de sensibilité, un étalonnage en laboratoire et une antenne dont la conception permet de mesurer ces ondes avec précision. En aucun cas, un ordinateur portable ou un smartphone ne possèdent ces qualités. A un autre niveau n’utilisez pas non plus des applications pour smartphones ou des appareils de mesure des ondes électromagnétiques de quelques dizaines d’Euros. Il s’agit le plus souvent de gadgets totalement peu fiables et peu précis ! Ne confiez pas votre santé à ses systèmes qui révèlent de fausses informations ou fournissent des mesures totalement erronées. N’achetez pas un truc à bas prix !

La seule qualité que possèdent les smartphones en fin de compte c’est une extrême sensibilité pour trouver le moindre chouïa de réseau Wi-Fi ou d’une station de base d’antenne de téléphonie mobile. Cette sensibilité est même souvent en dessous des instruments de mesure scientifiques sauf dans le cas de certains analyseurs de spectre très professionnels (Narda) tout simplement parce qu’ils doivent fonctionner à des niveaux aussi bas que 0.000.001 V/m voire 0.000.000.001(millionième de V/m et même milliardième de V/m) pour capter les ondes d’un routeur s’il s’agit du Wi-Fi ou d’une antenne de télécoms s’il s’agit d’un smartphone par exemple.

Lien vers les détecteurs grand public

  Produit anti-ondes, blindage de protection hautes fréquences.  HF35C: Mesure des HF de 800 MHz à 2700 MHz

CEMPROTEC 34                  AM11 d’EMFields               HF35C de Gigahertz-Solutions

Lien vers les appareils professionnels

Kit MK70-3D Profi + 2.2 de Gigahertz-Solutions                    Analyseur de spectre Narda SRM-3006

La réception de la puissance d’un smartphone

Pour mieux comprendre, sachez qu’en télécommunication, c’est la réception de la puissance ou la force d’un signal qui détermine le nombre de barres affichées sur un smartphone au réseau de téléphonie mobile est extrêmement basse et se mesure dans une échelle logarithmique exprimée en dBm = décibels par milliwatt de puissance [1]. Elle varie en fonction de différents facteurs, tels que la proximité de la station émettrice, les obstacles comme des bâtiments (murs, cage d’ascenseur), des arbres ou la topographie du lieu. Elle se situe typiquement entre -70 dBm (bon) et -110 dBm (mauvais) mais varie suivant les appareils et modèles utilisés parfois avec des écarts pouvant aller de -30 et -140 dBm. C’est elle qui donne une idée du niveau de signal disponible. Il est possible de retrouver ces informations sur un smartphone en tapant une série de codes.

Cela est connu sous l’appellation de RSSI (Received Signal Strength Indication) ou « indication de la force du signal reçu ». Il varie en fonction des technologies radio. C’est une mesure du niveau de puissance en réception d’un signal issu d’une antenne (classiquement un signal radio). Son utilité est de fournir une indication sur l’intensité du signal reçu. Il existe aussi la mesure de la « référence de la qualité du signal reçu » ou « référence de la puissance du signal reçu» respectivement en anglais RSRQ (Reference Signal Received Quality) et aussi le RSRP (Reference Signal Received Power). C’est tout cela qui détermine le nombre de barres de réception à l’écran de vos appareils.

Ceci étant, il est à faire remarquer que dans certains cas, même si l’analyse est grossière, vous pouvez effectivement observer une réduction du nombre de « barres de réception du réseau » à l’écran d’un ordinateur ou d’un smartphone mais pas systématiquement. En effet, si vous êtes à plusieurs centaines de mètres ou kilomètres (plus rare) d’une station de base de téléphonie mobile par exemple, forcément la réception de votre smartphone est déjà moindre que si vous étiez en face d’une antennes à moins de 300 mètres. Forcément dans un cas pareil, le fait d’ajouter un matériaux écran entre votre appareil et les antennes va réduire la réception de votre smartphone et vous faire perdre une, deux voir plus de barres de réception. Ceci est comparable avec un ordinateur et la réception des Box Wi-Fi des voisins. Si vous êtes assez éloigné, sous le matériaux écran, vous perdrez en réception. Dans le cas contraire, vous n’aurez pas assez de nuances avec seulement quelques barres affichées à l’écran pour mesurer la réduction de votre exposition aux ondes. Il vous faudra un instrument de mesure ou un détecteur fiable ou encore faire appel à un professionnel bien équipé qui pourra vous prouver l’efficacité du produit écran de manière irréfutable.

Évidemment certains tissus comme le tulle d’argent ou silver tulle qui possèdent des propriétés écran jusqu’à +- 50 dB peuvent arrêter très fortement les ondes et les observations de réduction de réception des ondes par la disparition progressives du nombre de barres de réception seront plus impressionnantes. Au-delà de 60 dB jusque 90 voire 100 dB d’atténuation, certaines toiles isolantes en films métalliques (cuivre, nickel etc..) vont avoir des propriétés qui empêcheront toutes communications sans fils de fonctionner. Ces matériaux sont ceux qui sont privilégiés pour blinder les locaux militaires afin d’éviter le vol des données des conversations jugées comme secret défense. Il est à noter que sous un couche épaisse de béton ou sous terre la transmission des communications sans fils est aussi très compliquées voire impossible.

La surface à protéger

N’oubliez pas que la réduction des ondes est proportionnelles à la surface protégée. Si les ondes passent ne fut-ce qu’un tout petit peu par une fente sous un baldaquin ou sans protection du sol avec un tapis écran en coton et acier ou un tissu ADR TEX par exemple, une porte dans une pièce qui est peinte, le sol ou une fenêtre à un étage supérieur (là où les ondes sont plus intenses), le résultant ne sera que partiel ! « L’illumination » des pièces par les ondes électromagnétiques de hautes fréquences est souvent plus grande que la taille de la pièce voire de la maison elle-même et se fait à 360°! Ceci démontre bien qu’un blindage partiel ne sera jamais très efficace. Les ondes ne rentrent pas par un seul côté même si à priori vous mesurez l’impact de ces ondes sur un mur en particulier qui crée l’apparition d’un ou plusieurs « points chauds » d’ondes. Il faut faire attention qu’elles peuvent passer aussi au pourtour du matériaux et encore rayonner certes moins fort mais tout de même un peu dans la pièce à protéger.

Il est à signaler aussi que la mise à la terre de ces produits n’est nécessaire que s’il est conducteur en surface ex : tissu en tulle d’argent, tissu en fibre d’acier ou peinture au carbone. Et ceci uniquement pour des raisons de sécurité et pour éliminer les champs électriques de basse fréquences 50 Hz présents parfois dans la pièce à protéger. Une résistivité de terre de moins de 10 ohms ou moins encore est conseillée. La mise à la terre n’est efficace pour absorber les hautes fréquences car il faut une terre proche de 1 ohm de résistivité (avec une impédance) ce qui reste difficile à obtenir techniquement parlant.

Kit de mise  la terre Yshield pour les tapis ou baldaquins conducteurs

Le piège du test avec un détecteur d’ondes situé trop près de la source

Un autre test même avec un détecteur d’ondes électromagnétiques peut parfois poser problème. Beaucoup de personnes placent leur appareil de mesure en sandwich dans un échantillon de tissu écran pour vérifier son efficacité en terme de réduction des ondes de hautes fréquences. La plupart des tissus écran atténuent entre 20 et 40 dB, sauf le tulle d’argent qui monte jusque 50 dB. Si vous posez votre émetteur (DECT, smartphone, routeur..) trop près du tissu à quelques dizaines de centimètres ou plus près, le signal est tellement puissant qu’il peut encore passer partiellement à travers les fibres. Les voiles ou tissus sont en général utilisés pour réduire l’exposition dans le « bruit de fond » des ondes électromagnétiques produites par les antennes environnantes ou les émetteurs Wi-Fi des voisins ou les stations de base DECT. C’est à dire à plusieurs mètre, dizaines ou centaines de mètres e distance. Si l’émetteur est situé juste à côté de la zone de test, il est tellement puissant qu’un tissu même écran entre 20 et 40 dB suivant les bandes de fréquences comme le « voile écran pro » ou un « Swiss-Shield » ou un autre tissu écran d’usage répandu, une partie des fréquences passeront encore partiellement puisque l’émetteur est situé juste à côté. Ce n’est pas représentatif de la réalité. Dans ce cas, pour des expositions extrêmes seul le tulle d’argent sera toujours plus efficace mais le but premier est de réduire l’exposition d’un certain facteur d’atténuation biologiquement acceptable (par exemple en dessous de 10 µW/m2 = 0,061 V/m), pas de produire une suppression totale sauf pour des cas extrêmes d’EHS bien entendu. Une atténuation supplémentaire de 10 dB peuvent faire la différence dans certain cas pour les personnes les plus sensibles! Par contre, le tulle d’argent est nettement plus fragile mécaniquement parlant. Il noircit au lavage et il perdra plus vite ses propriétés écran aussi avec le nombre de lavage. Enfin puisqu’il est conducteur en surface contrairement aux autres tissus en coton ou polyester, il doit-être relié à la terre pour les sécurité et l’élimination des basses fréquences électriques.

En ce qui concerne l’atténuation des autres tissus traditionnels, elle est généralement suffisante lorsque les émetteurs sont à plusieurs mètres ou centaines de mètres (routeur, DECT ), comme c’est le cas avec les antennes extérieures. C’est cela généralement la réalité de l’exposition aux ondes, on est rarement voire jamais à quelques dizaines de cm d’un émetteur dans une chambre à coucher!

Ceci explique cela! Conclusion, prenez garde à toujours mesurer dans la réalité au pied d’une antenne ou à 3 m d’un routeur minimum et les résultats seront tout à fait conforme à vos attentes. Votre voile écran vous semblera soudainement plus efficace !

La mesure de la réduction de puissance

Enfin de compte, les matériaux qui consistent à réduire votre exposition aux ondes : peintures au carbone, tissus composés de fibres métalliques, rideaux, vêtements high-tech, films ou toiles métallisées possèdent un certain niveau d’atténuation des hautes fréquences spécifique. Comme déjà signalé, le public confond aisément réduire la pénétration des ondes d’un certain facteur de puissance exprimé en dB (décibel) avec la suppression totale à 100% pure et simple. Il ne comprends pas ou n’a pas connaissance de ce qui suit.

Interprétation de l’atténuation exprimée en dB de puissance

-10 dB = 10 X
-20 dB = 100 X
-30 dB = 1000 X
-40 dB = 10.000 X
-50 dB = 100.000 X

Exemple pour le tulle d’argent :

Produit anti-ondes, blindage de protection hautes fréquences.

Application Fréquence (MHz) Décibel (dB) Pourcentage (%)
Tetra 450 450MHz -45dB >99,99%
LTE 800 800MHz -45dB >99,99%
GSM 900 900MHz -45dB >99,99%
GSM 1800 1800MHz -48dB >99,99%
DECT 1800 1800MHz -48dB >99,99%
UMTS 2000 2000MHz -47dB >99,99%
WLAN 2400 2400MHz -48dB >99,99%
LTE 2600 2600MHz -47dB >99,99%
WLAN 5800 5800MHz -46dB >99,99%

Tests réglementaires menés sur les produits

Les tests indépendants sur ces produits les plus sérieux sont généralement effectués par l’expertise du professeur dipl. Ing. Peter Pauli de l’Université des forces armées allemandes de Munich [2]. Certains fabricants s’auto-certifient avec certes du matériel de mesure comparable mais l’avis d’un laboratoire indépendant est toujours préférable pour l’impartialité et l’indépendance commerciale. Les normes pour mesurer l’efficacité d’un blindage en chambre anéchoïque [3] sont déterminées selon les standard suivants : IEEE Std 299™-2006 ou ASTM D4935-10. Autrement dit, la mise sur le marché de ces produits ne peut se faire en dépit du bon sens !

Produit anti-ondes, blindage de protection hautes fréquences.

Chambre anéchoïque

Mise en garde : il est absolument indispensable de bien vérifier ce qui est indiqué dans les différents sites de vente en ligne sur internet au sujet du blindage des produits proposés. Déjà il est préférable que les tests aient bien été fait par un laboratoire indépendant et non par la société qui propose les produits. Le laboratoire indépendant lui teste les produits selon la norme IEEE Std 299™-2006 ou ASTM D4935-10. Ne pas se fier à la conformité des tests indiqués lorsqu’il y a marqué ” tests menés selon des références conformes ou proches aux normes IEEE Std 299™-2006 ou ASTM D4935-10 “. Cela ne veut absolument rien dire ou tout au plus que ces tests ne correspondent pas à la norme.

Pour les tissus, soyez toujours sceptiques lorsque l’on vous indique des valeurs de blindage allant jusqu’à 40 GHz ! Pour la peinture au carbone, il faut préciser que le nombre de couches correspondants aux valeurs indiquées d’atténuation en dB ne suffit pas. Ce qui est important c’est que le poids sec de peinture employé par couche lors de la pose soit bien respecté ! Par exemple, si vous faites un calcul de surface à peindre de deux ou trois couches de peinture pour obtenir le maximum d’atténuation possible, si la peinture s’étend très bien et que l’absorption du matériaux est plus ou moins forte, vous placerez plus ou moins de peinture. Retenez bien qu’il faut dans tous les cas, que la quantité conseillée soit posée ! S’il vous reste un pot de peinture à la fin et que vous avez prévu de placer deux ou trois couches, vous devez absolument placer le contenu de la peinture restante pour obtenir le poids sec de peinture nécessaire au mur. C’est cela qui formera un écran efficace entre vous et les sources de rayonnements électromagnétiques.

Cage de faraday et blindages, les mots qui font peur !

A un autre niveau, le mot cage de Faraday ou blindage fait frémir de peur parfois certaines personnes voire certains professionnel de la santé ou de l’habitat sain. Ils confondent le fait de réduire les hautes fréquences artificielles potentiellement nuisibles avec la suppression des champs naturels de la Terre ou du cosmos. C’est vraiment une croyance qu’il faut démystifier. Ces matériaux n’altèrent en aucun cas les champs naturels. Au contraire, le fait de ne pas se protéger des hautes fréquences est dans la majorité des certains cas plus dommageable pour les personnes qui restent exposées que de craindre de manière irrationnelle de perdre des énergies bénéfiques issues de la terre ou de l’espace ! Nous entendons souvent que certains géobiologues mal informés des aspects physiques des hyperfréquences qui ne mesurent pas réellement les ondes électromagnétiques font cet amalgame ou ce raccourci un peu rapide et donnent de mauvaises informations à leurs clients.

Ce n’est pas étonnant ! Oui, beaucoup de personnes mal informées penses que le simple mot « blindage » ou « protection HF » désignent une suppression totale des ondes. Non, il faut bien nuancer la chose et expliquer qu’il s’agit d’une réduction d’un certain facteur de puissance qui est retenu par le matériaux lui-même. Ce facteur de puissance exprimé en dB est renseigné (ou devrait l’être) par le fabricant ou le vendeur sur la fiche technique du produit. De plus, ce facteur de puissance « freiné » en quelque sorte varie en fonction des gammes de fréquences dans la bande des MHz et des GHz. Le seule solution pour supprimer à 100% les ondes est de rentrer dans une armure en métal, un scaphandre ou rénover sa chambre à, coucher avec des tôles en métal sur toutes les faces ! Cela ne serait pas pratique et relève de l’utopie !

Par exemple, certains tissus en polyester ou en coton tricotés avec des fibres métalliques (généralement, du cuivre, de l’argent ou de l’acier) atténuent les hautes fréquences de +- 20 à 40 dB suivant la gamme de fréquences. Forcément, à 2,4 GHz pour les ondes Wi-Fi, l’atténuation est moindre qu’à 950 MHz pour les antennes 2G. Ceci s’explique par le fait que les longueurs d’ondes sont de plus en plus petites en montant dans les gammes de fréquences et finissent par passer à travers les fibres des tissus. Au-delà de 10 GHz les tissus perdent presque tous leurs propriétés écran contre les hautes fréquences. Certains tissus plus denses ou en tulle d’argent peuvent fonctionner jusque 20 GHz mais ils sont relativement rares ou alors, il faut superposer plusieurs couches.

De plus, la plupart des test menés en laboratoires avec des analyseurs de spectre et des générateurs de radiofréquences réputés en chambre anéchoïque n’effectuent généralement plus de test au-delà de 18 GHz. Il faut signaler que les peintures au carbones sont encore efficaces jusque 40 GHz, mais ce cas est bien un des rares que l’on peut citer.

Ceci dit, l’exposition aux ondes de hautes fréquences émises par les antennes et les technologies sans fils les plus répandues dans les habitations sont généralement existantes pour des fréquences de 27 MHz jusque 6 GHz et plus rarement au-delà même pour les antennes terrestres de la 5G ! Les antennes satellites de la 5G ne savent pas pénétrer dans une habitation !

Et pour la 5G, efficace aussi ?

Il est important de signaler au public que les produits anti-ondes réellement efficaces qui fonctionnent pour réduire les ondes Wi-Fi, les rayonnements des téléphones sans fils DECT, des antennes 2G, 3G, 4G fonctionnent aussi pour la 5G.

Une société commerciale sans scrupules peut toujours vous faire croire que son produit est spécialement conçu pour arrêter les ondes de la 5G. Il n’en est rien !

Les produits de protection les plus réputés existants sur le marché depuis le début des années 2000 fonctionnent tout aussi bien. On a pas réinventé le fil à couper le beurre ! Les aspects physiques des ondes restent ce qu’ils sont et il n’y a pas de miracle dans ce domaine. Il existe juste des méthodes connues et éprouvées depuis des années pour se protéger et des instruments fiables pour mesurer avant et après la pose la réduction de l’exposition.

[1] Le dBm est une abréviation du rapport de puissance en décibels (​dB) entre la puissance mesurée et un milliwatt (mW).
[2] Source : https://www.unibw.de/etti5/prof-dipl-ing-peter-pauli.
[3] Une chambre anéchoïque est une chambre installée dans un laboratoire dont les parois  en forme de cônes absorbent les ondes électromagnétiques (aussi utilisée en acoustique) permettant de mesurer dans des conditions de champs libres sans perturber les mesures par des réverbérations ou réflexions sur les parois.
crédits photos:
https://www.wikihow.com/Improve-Cell-Phone-Reception
https://cuminglehman.com/

CoronaVirus – Ionisez l’air intérieur avec les purificateurs d’air Teqoya

coronavirus - purifier l'air intérieurLes purificateurs d’air agissent-ils contre les virus ? En particulier le coronavirus ?

En décembre 2019, un virus respiratoire de la famille des Coronavirus est apparu dans la région de Wuhan en Chine et s’est depuis propagé sur tous les continents. Les Coronavirus sont une vaste famille de virus provoquant des maladies pouvant aller d’un simple rhume (plusieurs virus saisonniers sont des Coronavirus) vers des pathologies plus sévères comme le MERS-COV ou le SRAS. Le nouveau Coronavirus identifié en janvier 2020 a été appelé COVID-19 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Face aux inquiétudes grandissantes des familles autour de la question du Corona virus (COVID-19), nous avons pensé que nous pourrions judicieusement vous conseiller par rapport à votre habitation ou votre lieu de travail.

De fausses informations ont envahi les réseaux sociaux, des bilans exagérés, de prétendus remèdes miracles… Autant de «fake news» qui alimentent les craintes de la population.
Une certitude pour le moment, le virus se transmet via des gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne éternue ou tousse. La COVID-19 peut survivre sur des surfaces inertes pendant quelques heures. En touchant les yeux, la bouche ou le nez, il est possible d’être contaminé. La durée de vie du virus en dehors d’un organisme vivant est quant à elle estimée entre trois heures (en milieu sec) et trois jours (en milieu humide). Son pouvoir infectieux disparaît en quelques heures selon le Dr Manuel Schibler, infectiologue et virologue, au Centre Universitaire de Genève.

Si vous devez finalement rester chez vous ou que vos enfants doivent éviter d’aller à l’école, le mieux est encre de renforcer votre immunité et de respirer un air sain!

Nous constatons que la demande en ioniseurs d’air TEQOYA n’a jamais été autant sollicitée chez nous.

L’action virucide et bactéricide des ioniseurs performants est connue depuis des décennies.

A cela s’ajoute le fait que plusieurs professionnels de la santé compétents peuvent vous donner les premiers gestes à adopter ainsi que les huiles essentielles à utiliser ou compléments alimentaires.

Prévention naturelle

Par exemple, l’huile essentielle de Ravintsara (Cinnamomum camphora) est un puissant anti-viral, immunostimulante et anti-bactérienne.On peut citer aussi celles-ci:
  • Cinnanomum verum (cannelle de Ceylan écorce)
  • Citrus limonum (citron)
  • Eucalyptus radiata (eucalyptus radié) pour les voies respiratoires
  • Tea Tree (Melaleuca alternifolia)
  • Marjolaine à coquilles (Origanum majorana)
On peut citer aussi l’échinacée, la propolis et la vitamine C d’Acerola qui possèdent un effet préventif sur l’incidence des infections des voies respiratoires et le système immunitaire. Aussi l’extrait de pépin de pamplemousse pour favoriser la résistance et soutenir les défenses de votre organisme (action plutôt anti-oxydante et anti-bactérienne).

Demandez les conseils auprès de votre pharmacien ou d’un aromatologue compétent.

 

Les purificateurs d’air TEQOYA peuvent-ils être efficaces sur d’aussi petites particules ?

efficace contre le coronavirus

La réponse est: oui, avec certitude!

Comme pour toutes les technologies de purification de l’air, un facteur important à prendre en compte pour juger de l’efficacité de capture d’un aérosol, quelque soit la nature est sa taille.

Petit rappel sur les différences de taille entre bactéries et virus : les bactéries mesurent pour la plupart de 1 à 10 micromètres (écrit µm – 1 à 10 millièmes de millimètre) alors que les virus ont en moyenne une taille de 10 à 400 nanomètres, 10 à 100 fois plus petit ! Ces agents pathogènes sont 100 à 10 000 fois plus petits qu’un grain de sable !

Ils ont été testés sur une large plage de tailles de particules, descendant jusqu’à 7 nanomètres, et également sur des bactéries. Les résultats montrent une élimination très nette des bactéries de l’air, avec un taux d’efficacité d’environ 90% :

Observez la zone rouge occupée par la taille des virus sur l’image ci-dessus. La taille du Corona virus est de 0,10 à 0,15 micromètres (100 à 150 nanomètres), d’après une étude publiée dans la revue scientifique médicale britannique ” The Lancet “. La taille du virus est proche de la médiane des tailles de particules pour lesquels les purificateurs d’air TEQOYA 200 et 450 ont été le plus souvent testé avec une efficacité similaire à celle constatée pour les particules de la taille d’une bactérie.Il n’y a donc pas de doute sur la faculté des purificateurs d’air à réduire la concentration en COVID-19 dans l’air, avec un niveau de performance proche de ceux mesurés sur les bactéries. Il est raisonnable de penser que cette baisse de concentration permet de réduire la probabilité de transmission entre personnes. Néanmoins il est important de noter que cela ne supprime pas le risque de transmission, en particulier dans un espace dont le taux d’occupation est élevé, ou entre personnes se tenant à proximité l’une de l’autre.

Les aérosols, voie majeure de transmission de COVID-19, et autres virus

Les virus et les bactéries ont des voies de transmissions similaires, ils pénètrent dans l’organisme par le contact cutané, par la nourriture que nous ingérons mais aussi, et aussi, comme il est maintenant bien connu, par l’air que nous respirons.

  • Voie aérienne par les aérosols: la transmission se fait par des micro-gouttelettes de taille nanométrique ou micrométrique flottant dans l’air, d’où le nom d’aérosol. Nous émettons ces aérosols lorsque nous parlons et respirons, bref en permanence ! Ils peuvent transporter les charges virales de personnes infectées pendant plusieurs heures et à plusieurs mètres, selon l’environnement, l’humidité ambiante, la température, le brassage de l’air, etc. Cette voie de transmission est désormais reconnue comme une voie majeure de transmission pour certains virus, tels que les coronavirus.
  • Gouttelettes : lorsqu’une personne tousse ou postillonne en parlant, des gouttelettes de grosse taille (“postillons”) sont expectorées dans l’air mais y restent peu de temps. Ces gouttelettes peuvent être une voie de transmission de virus directe pour les personnes dans le voisinage immédiat de celui qui les émet. Les virus peuvent aussi se déposer sur des surfaces puis être transmis par voie de contact cutané. La main touche une surface contaminée puis est portée au visage. Cette voie de transmission est donc hybride entre la voie aérienne ci-dessus, et la voie de contact ci-dessous.
  • Voie de contact: la transmission infectieuse se fait par voie cutanée ou contact rapproché. Le virus peut alors pénétrer l’organisme par la bouche si une main infectée est portée au visage par exemple, ou par le sang en cas de micro-lésions cutanées.

Comme pour les autres virus, la COVID-19 peut se transmettre par toutes ces voies, mais en particulier par les aérosols et la voie aérienne comme l’ont montré des mesures effectuées dans un hôpital de la ville de Wuhan en Chine. Ces mesures ont été publiées dans article dans la prestigieuse revue scientifique Nature dès avril 20201. Une étude publiée dans Science2 indique que le COVID-19 peut rester pendant plusieurs heures en suspension dans l’air. En juin 2020, plus de 200 chercheurs de plus de 30 pays se sont unis pour alerter sur l’importance de la transmission de la COVID-19 par les aérosols.

purificateur d'air virus

L’OMS a décrit les mécanismes d’exposition aux gouttelettes de COVID-19 et SARSCoV-2 (couleur bleu foncé). La couleur bleu clair représente les mécanismes de suspension dans l’air connu du SRAS CoV -1 et autres grippes, pour le SRAS-CoV-2 il n’y a actuellement aucune preuve rapportée spécifiquement (source : AICVF, courtoisie Francesco Franchimon).

La transmission de COVID-19 par voie aérienne est désormais largement reconnue par les communautés scientifique et médicale. Les purificateurs d’air agissant sur les polluants présents dans l’air, peuvent-ils contribuer à réduire le risque de transmission de maladies ?

Les purificateurs d’air, efficaces contre les virus et COVID-19 ?

En préambule, notons que la première règle à appliquer en air intérieur est d’assurer un bon débit de ventilation : plus l’air d’un espace fermé est renouvelé rapidement, moins la concentration en virus diffusés par les occupants de l’espace sera élevée. Malheureusement il n’est pas toujours facile d’assurer un renouvellement d’air frais élevé, cela dépendant du système de ventilation du bâtiment, du bruit extérieur ou de la météo s’il faut ouvrir les fenêtres, etc. D’où l’intérêt des purificateurs d’air pour apporter un complément de sécurité.

En septembre, le Groupe de Travail sur les purificateurs d’air de l’association FIMEA (Fédération Interprofessionnelle des Métiers de l’Environnement Atmosphérique) a adressé aux pouvoir publics une lettre ouverte déclarant :

“(…) partout dans le monde, les professionnels de l’air, de la ventilation et de la climatisation ont souligné l’importance d’inclure le traitement de l’air intérieur dans la lutte contre le coronavirus. Ils ont fait part de recommandations sur ce point dans différents documents et rapports, toujours basés sur l’état actuel des connaissances. (…) Au regard de tous ces éléments, il semble qu’agir sur l’air intérieur en général soit un enjeu de santé publique et un facteur clé à prendre en compte dans la lutte contre le Covid-19. De fait l’utilisation d’appareils type épurateurs/purificateurs d’air apporte de réelles solutions de prévention.”

Le 12 septembre, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé l’équipement d’établissements scolaires en purificateurs d’air, considérés comme “l’angle mort de la lutte contre le Covid-19 en France alors que de très nombreuses études prouvent que l’air est un vecteur de propagation.”

Dans la pratique, un purificateur d’air réduit la concentration moyenne en particules présents dans la pièce, y compris celle des aérosols émis par la parole et la respiration humaine, qui sont une forme parmi d’autres de particules. On peut donc considérer que le risque moyen de transmission de virus est réduit par les purificateurs d’air. Cependant, la réduction “moyenne” des aérosols n’est pas une garantie de non transmission de virus, et l’efficacité dépend grandement de la mise en oeuvre … Détaillons cela dans la suite !

Quelle technologie de purification de l’air utiliser pour éliminer les virus, et COVID-19 en particulier ?

Pour juger de l’efficacité de capture d’un aérosol par les technologies de purification de l’air, il faut prendre en compte la taille des particules en suspension dans l’air. Les bactéries mesurent pour la plupart de 1 à 10 micromètres (écrit µm – 1 à 10 millièmes de millimètre) alors que les virus ont en moyenne une taille de 10 à 400 nanomètres, soit 10 à 100 fois moins ! Ces agents pathogènes sont 100 à 10 000 fois plus petits qu’un grain de sable ! Selon une étude publiée dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet Le COVID-19 a une taille relativement élevée pour un virus : 100-150 nm ce qui correspond à 0,1 – 0,15 micromètres.

Toutefois les virus ne voyagent pas “seuls” dans l’air, ils sont transportés par des micro-gouttelettes d’eau dont on estime couramment qu’elles ont une taille inférieure à 5 micromètres. Des mesures réalisées en hôpital dans la ville de Wuhan en Chine, publiée dans le journal Nature1, montrent un large spectre de taille d’aérosols, allant de quelques dizaines de nanomètres à plusieurs micromètres :

purificateur d'air virus

Les appareils à filtres “mécaniques” de type HEPA sont normalement capables de capturer les aérosols qui traversent le filtre. Toutefois ils ne peuvent évidemment pas capturer les aérosols de l’air qui ne traverse pas le filtre, un taux de renouvellement d’air important (minimum 1 volume par heure) est donc nécessaire pour obtenir une réduction significative. Or, le brassage d’air induit par le purificateur à filtre va induire des vitesses d’air dans la pièce qui pourraient, au contraire, accélérer le déplacement des aérosols porteurs de virus et ainsi éventuellement augmenter le risque de transmission. Il est donc très difficile de statuer sur l’efficacité réelle d’un tel dispositif sur la transmission de virus.

D’autres technologies reconnues comme biocides sont utilisées en remplacement ou complément des filtres : UVC, photocatalyse, ozone, plasma froid. Ces technologies présentent toutes des risques d’émission de polluants dits secondaires qui sont potentiellement nocifs pour la santé. On recommande leur utilisation dans des espaces inoccupés, ce qui rend douteuse leur utilité dans la lutte contre la transmission de virus …

Efficacité des purificateurs d’air TEQOYA sur les virus, dont le Covid-19

  • Voici également un lien vers une étude menée en 2015 par l’Institut national américain pour l’information biologique moléculaire démontre également les bienfaits de la ionisation de l’air. L’ionisation de l’air affecte l’infectivité du virus de la grippe et empêche sa transmission par voie aérienne – Lien vers l’étude
  • Ces résultats ont été corroborés récemment concernant les virus, en utilisant un protocole de test innovant pour évaluer la réduction de charge virale d’un air infecté. Une réduction de 75% de la viralité d’aérosols infectés par le virus H1N1 de la grippe a ainsi été mesurée ! Une autre étude, publiée dans le journal Nature, montre la forte réduction de propagation d’un virus grâce à l’utilisation d’un ioniseur d’air3.
  • Nous disposons de plus de résultats montrant le rapide abattement de micro-gouttelettes d’eau qui sont le vecteur de transmission de virus par voie aérienne.

Mesure d’abattement d’aérosols au laboratoire de l’université de Rome Sapienza

Les tests de performance des appareils Teqoya montrent une efficacité sur les nanoparticules.

La technologie de ionisation de l’air de TEQOYA peut donc être utile pour réduire le risque de transmission d’infections par voie aérienne, au même titre qu’elle réduit la densité dans l’air de nombreuses particules (résidus de combustion, résidus minéraux, phase liquide de composés organiques semi-volatiles).

Les avantages complémentaires des ioniseurs d’air TEQOYA

Au-delà de leur faculté de dépollution, les ioniseurs d’air TEQOYA présentent d’autres avantages pratiques comparés aux autres technologies de purification de l’air, pour lutter contre la transmission de virus et de COVID en particulier. Quelques explications :

La ionisation augmente l’efficacité de filtration des masques. D’après une étude scientifique réalisée par des laboratoires américains et coréens (Lee, Byung & Yermakov, Mikhail & Grinshpun, Sergey. (2005). Aerosol and Air Quality Research), la ionisation de l’air augmente l’efficacité des masques. TEQOYA vient de réaliser un test en laboratoire indépendant, mesurant une réduction de 30% des particules traversant un masque chirurgical. Il existe donc une synergie entre masques et ioniseurs d’air permettant de réduire encore le risque de transmission d’infection.

 Un purificateur d’air “classique” à filtre, par le brassage d’air qu’il induit par ventilateur, est susceptible d’accélérer les déplacements d’aérosols infectés et peut donc potentiellement augmenter le risque de transmission. L’OMS a notamment alerté sur l’utilisation de ventilateurs en pièce close dans le contexte de la Covid-19. Un ioniseur d’air sans ventilateur tel que ceux de TEQOYA, au contraire, n’encourage pas la mobilité des aérosols présents dans l’air.

Purificateur d’air “classique” à filtre

Purificateur d’air ioniseur TEQOYA

Tous ces éléments permettent de penser que l’utilisation de purificateurs d’air ioniseur peut être une solution complémentaire efficace aux gestes barrières recommandés par les autorités médicales, notamment le lavage de main régulier et le port de masque, pour réduire le risque de transmission, en particulier dans un espace dont le taux d’occupation est élevé, ou entre personnes se tenant à proximité l’une de l’autre.

Sources :
  • 1Liu, Y., Ning, Z., Chen, Y. et al. Aerodynamic analysis of SARS-CoV-2 in two Wuhan hospitals. Nature 582, 557–560 (2020)
  • 2Kimberly A. Prather, Linsey C. Marr et al. Airborne transmission of SARS-CoV-2. Science 16 Oct 2020: Vol. 370, Issue 6514, pp. 303-304
  • 3Hagbom, M., Nordgren, J., Nybom, R. et al. Ionizing air affects influenza virus infectivity and prevents airborne-transmission. Sci Rep 5, 11431 (2015).

Les ioniseurs Teqoya

Issus d’une technologie brevetée (capsule de vent ionique), développée et améliorée pendant plus de 15 ans, les purificateurs ioniseurs d’air TEQOYA émettent sans ozone une très grande quantité d’ions négatifs qui rendent à l’air sa composition saine et naturelle.

Garantie 10 ans! Les purificateurs d’air TEQOYA recréent les conditions de création des ions négatifs des environnements les plus purs de la planète. Ces ions négatifs sont de véritables dépolluants naturels et, en purifiant l’air, profitent à notre santé.


Idéal pour les chambres, les bureaux, les grandes pièces, les classes scolaires, les espaces de vie où l’on passe du temps, les lieux de travail, les salles de réunion etc..

Le Teqoya 450

Ioniseur et purificateur d'air TEQOYA TeqAir 450

  • Un dispositif unique de génération d’ions négatifs.
  • Le Teqoya 450 est idéal pour les espaces de convivialité ou de réception, ou toute autre grande pièce où vous aimez vous détendre et passer du temps. Son design lui permet de s’intégrer dans tous les espaces de vie.
  • Surface : jusqu’à 50 m carré (30 m carré pour les milieux les plus pollués).
  • Bruit : 0 dB
  • Consommation d’énergie : 1,5 W
  • Couleur : anthracite
  • Dimensions : 950 x 60 x 70 mm
  • Poids : 1,4 kg

Lien vers le Teqoya 450

 

 

 

 

Le Teqoya 200
  • Un dispositif unique de génération d’ions négatifs.
  • Discret et silencieux, le Teqoya 200 est idéal dans une chambre ou dans un bureau. Totalement silencieux, il peut être posé sur la table de chevet près du lit pour bénéficier des bienfaits des ions négatifs pendant votre sommeil.
  • Surface : jusqu’à 30 m carré (15 m carré pour les milieux les plus pollués)
  • Bruit : 0 dB
  • Consommation d’énergie : 1,5 W
  • Couleur : argile bleu, anthracite ou anthracite
  • Dimensions : 280 x 80 x 70 mm
  • Poids : 1 kg

Lien vers Teqoya 200

Sources – Crédits:
Mars 2020
Benoît Louppe (Etudes & Vie) et Teqoya (https://www.teqoya.fr/purificateur-air-virus-coronavirus/)

0
Votre panier