Une maison en bois sans pollutions électriques ?

Les maisons en bois, outre les considérations esthétiques, naturelles ou d'ambiance chaleureuse peuvent présenter un certain nombre de désagréments pour la santé des futurs résidents. Ceci indépendamment d'une utilisation abusive des produits toxiques de traitement du bois.

Le rôle de l'architecte et de l'entrepreneur n'est pas sans influencer le comportement des personnes qui résideront dans leur future maison.

Les conseils d'une personne compétente en pollution électromagnétique et en géobiologie peuvent dans ce cas devenir très importants.

Les sources de rayonnements électromagnétiques se multiplient constamment depuis ces 30 dernières années, tant en variétés qu'en intensités. La présence du facteur électrique dans nos maisons ne fait que croître : appareils électroménagers en tout genre, chaîne HI-FI, radio-réveil, lustres et luminaires, allogènes, cuisines équipées… On peut parler aujourd'hui d'un "brouillard électromagnétique artificiel" enveloppant nos maisons. Mais en quoi une maison en bois peut-elle devenir un émetteur plus important de rayonnement électrique de basse fréquence 50 Hz ?

La synergie des différents facteurs

Les agents perturbateurs de notre santé sont multiples surtout lorsque l'on parle de pollution. L'exemple le plus important est l'association entre de nombreux polluants et le tabagisme. Le risque de cancer du poumon chez des individus exposés régulièrement à l'amiante, au radon, est beaucoup plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

Les champs électromagnétiques dans la maison agissent en synergie avec certains cancérigènes chimiques bien connus pour accélérer le développement des maladies et affaiblir notre immunité.

Habituellement, c’est la synergie des différents facteurs qui induit un « syndrome » particulier, appelé communément « le syndrome des bâtiments malsains ». C’est l’association de plusieurs facteurs qui est le résultat des lésions engendrées dans le corps des habitants.

Il y a parfois une « répugnance » à accepter l’existence de tels risques de la part des responsables de la santé publique alors qu’ils ont devant les yeux de nombreuses données d’études épidémiologiques publiées dans les meilleures revues scientifiques. Il y a une focalisation sur les composantes chimiques des systèmes vivants au détriment de leur composante physique.

Il faut savoir que nous sommes des systèmes vivants « ouverts », c’est-à-dire qui prennent dans leur milieu environnant des informations rythmiques régissant leur milieu interne. Ces informations sont souvent de type électromagnétique comme la lumière, le champ magnétique terrestre, l’électricité etc.... Ce qui explique que nous sommes particulièrement réceptifs aux perturbations provoquées par une gamme de rayonnements nocifs. En fait, on sait que la matière vivante fait appel à des champs électriques et que ceux-ci peuvent être utilisés en biologie moléculaire.

Les pollutions électromagnétiques n’ont jusqu’ici guère été prises en considération parmi la liste déjà imposante des facteurs de pollutions ambiantes dans l’habitation. Si les polluants chimiques sont en général perceptibles directement par l’odeur qu’ils dégagent, par les effets irritants respiratoires ou cutanés qu’ils provoquent, les pollutions électromagnétiques sont au contraire plus sournoises car elles ne se perçoivent pas directement (excepté dans certains cas extrêmes); elles n’exercent leur effet néfaste sur la santé qu’après plusieurs années et les symptômes qui leurs sont attribuables se diluent dans tout un fouillis d’autres facteurs possibles de maladies.

Les champs électriques et magnétiques 50 Hertz : les mesures et les solutions…

Les champs électriques et magnétiques liés au courant alternatif 50 Hz doivent être limités au maximum dans les lieux de séjour et de repos (maximum 5 V /m en champ électrique et 0,5 mG en champ magnétique). Le Conseil National Américain de Protection contre les Radiations, sur base des études réalisées dans le monde, envisage pour les années futures des normes ALARA (en anglais: aussi faible qu’il est raisonnablement possible de le réaliser). W.R. Adey, le président de ce conseil, consultant à la Maison Blanche, propose une norme provisoire de 10 V/ m et 2 mG).

Le bois, matériau naturel étant donné son degré d'humidité constant et sa structure fibreuse, contient le champ électrique 50 Hz à l'intérieur. Nous le constatons avec n'importe quel appareil de mesure étalonné du champ électrique 50 Hz. Et ce n'est pas un artéfact !

Cependant une remarque est à faire : attention ! Il ne s'agit pas ici du courant, car il est bien connu que le bois joue un rôle d'isolant électrique. Par contre, le champ électrique présent lorsque une tension (voltage) existe dans les câbles conducteurs traditionnels (VVB) de l'installation, il apparaît des charges électriques positives et négatives autour des luminaires, des lustres muraux ou des plafonniers. Ceux-ci peuvent émettre des lignes de forces électriques invisibles qui, à la façon de véritables "serpents" pénètrent dans le cœur du bois, dans les poutres, les châssis et dans les planchers des chambres à coucher.

Contrairement aux murs traditionnels d'une maison réalisée en brique, le champ électrique trouve une "porte de sortie" vers le sol. Des cloisons, des poutres, des planchers et des murs en bois ne permettent pas l'évacuation de ces charges électriques vers la terre. Par exemple, une chambre dont le sol est un plancher en bois situé au-dessus d'un lustre ou d'un luminaire non relié à la terre peut donner des valeurs de champs électriques de 15 à 100 V/m (volt par mètre) !

Des mesures réalisées dans plusieurs chambres d'enfants et d'adultes montrent que les planchers dispersent les champs électriques 50 Hz dans les lits, au pied des bureaux souvent constitués de bois aggloméré et même dans les fauteuils souvent présents dans les chambres des étudiants. De quoi se poser quelques questions ….

Les pollutions électriques d'intérieur sont pratiquement toutes maîtrisables, un peu de bon sens et quelques techniques sont suffisants pour assainir correctement une chambre à coucher ou les pièces dans lesquelles l'exposition serait relativement longue.

Une bonne mise à la terre à la terre est très importante. On peut considérer que dans ce domaine particulier de «l’habitat sain», il est nécessaire de disposer dans toute la maison d’une mise à la terre dont la résistance est inférieure à 7 ohms.

La meilleure conception de type de câble utilisé pour assainir la pollution électrique consiste en l’utilisation de câbles blindés V.M.V.B. (Brevet International de la Câblerie d’Eupen). Ce câble ne rayonne qu’une infime partie du champ magnétique émis par un câble classique dans les mêmes conditions et supprime les champs électriques et même les hautes fréquences pouvant pénétrer par le réseau faisant antenne.

De plus la présence des appareils électriques autour du lit comme les radio-réveils et les fils des lampes de chevet engendrent des champs électriques et magnétiques importants sur la tête du dormeur dont ils sont en général proches (jusqu’à 60 V/m et jusqu’à 6 mG). Il est nécessaire, pour certains types de réveils, de les placer à plus d’un mètre cinquante du lit. Conseillons plutôt les réveils à piles !

Des symptômes typiques, tels que : troubles du sommeil et de la vigilance, fatigue chronique, ou au contraire avoir une hyper nervosité et parfois même des troubles immunitaires peuvent exister !

Les lampes de chevet (surtout celles dont le corps est en bois) engendrent des champs électriques qui rayonnent sur l’oreiller. Il faut tenir le câble de raccordement à distance du lit et veiller à ce que l’interrupteur de passage intercalé sur le câble soit bipolaire ou le couper simplement sur la "phase" électrique (à condition que le réseau soit en 220 V + neutre).

Si malgré l’éloignement prudent, il n’y a pas de diminution significative de la valeur du champ électrique mesuré, alors il y a lieu de déterminer le circuit électrique à protéger et de placer un Biorupteur ®, un petit appareil capable d’éliminer tous les champs électriques dans les chambres. Il met hors tension les circuits des chambres à coucher durant la nuit et se place sur le coffret de fusibles, en aval des fusibles desservant la chambre à protéger.

Souvent après quelques jours où quelques semaines, la plupart des personnes touchées par ces rayonnements, retrouvent un sommeil réparateur, une meilleure concentration et souvent même une amélioration de leur santé.

N’oublions pas qu’une chambre à coucher est une zone de repos d’où tout facteur de stress doit être banni. C’est là que le corps reconstitue son potentiel énergétique. W.R. Adey, de la Commission Nationale Américaine de Protection contre les Radiations, écrit que l’exposition aux champs électromagnétiques artificiels est une forme de stress oxydatif, c’est à dire un facteur de vieillissement prématuré de l’organisme. Le repos bien compris permet de compenser ce stress grâce à la sécrétion de mélatonine par la glande pinéale. Or cette glande pinéale peut dans certains cas être inhibée par la présence de champs électromagnétiques.

Et les risques biologiques ?

En résumé, des recherches internationales, allemandes et américaines, montrent que l’exposition à des champs magnétiques alternatifs 50 et 60 Hz relativement faibles font rapidement chuter la sécrétion de mélatonine par la glande pinéale (épiphyse). Cette chute hormonale peut induire des troubles des rythmes circadiens (chronobiologie), avoir des effets sur la reproduction et les mécanismes immunitaires. Ces champs joueraient un rôle de promoteur ou de co-promoteur dans le développement des cancers.

En Suède, deux études de grande ampleur confirment de façon accablante la liaison entre certaines maladies graves comme la leucémie, le cancer du cerveau et le fait de vivre ou de travailler à proximité de sources de champs électromagnétiques alternatifs : lignes à haute tension, transformateurs, centrales électriques, lignes de basse tension à fort ampérage, etc… Les chercheurs du département d’hygiène et de pathologie de l’environnement ainsi que de l’Institut de médecine du travail (Institut Karolinska - Suède), ont démontré par une étude réalisée sur 450.000 personnes, enfants et adultes, que lors d’une exposition à un champ magnétique de 2 mG (0,2 µT), il y a deux fois plus de risques de contracter une leucémie ou un cancer du cerveau que ceux non exposés.

Une étude franco-canadienne publiée en 1994 dans l’Américan Journal of Epidemiology, confirme qu’il y a des risques statistiquement significatifs de leucémies et de cancer du cerveau chez les travailleurs exposés aux champs magnétiques alternatifs de 2 mG (0,2 µT).

Pour le champ électrique à proprement parler, en 1996, R.W. Coghill et coll. ont publié une étude démontrant l'importance de ce champ dans le risque de leucémie chez les enfants. L'existence d'une relation dose-effet pour le champ électrique mesuré dans une chambre à coucher a été rapportée. Un seuil de 10 V/m augmente de manière significative le risque. Au delà de 20 V/m, le risque est 4,69 fois plus important !

De plus, un chercheur américain (J. Kirschvink) a démontré qu'il existe dans le cerveau humain cinq millions de petits cristaux de magnétite (aimants naturels) par cm3 (ce qui correspond à environ 4 milliards cinq cent millions de cristaux pour l'ensemble du cerveau). Selon l'avis du Prof. Kirschvink (CALTECH), ces cristaux d'aimants naturels augmentent considérablement la sensibilité du cerveau humain vis-à-vis des champs électromagnétiques ambiants.

En conclusion…

Il est clair que le bois reste un matériau noble, naturel, vivant et agréable, mais un certain nombre de recommandations au niveau de l'installation électrique est indispensable. Il existe une interdépendance entre la santé de l'habitat et l'environnement. Les électriciens, les architectes et les entrepreneurs doivent apprendre à créer des lieux plus sains pour notre équilibre vital. Il y a des questions de santé publique qui sont posées, actuellement on classe ces phénomènes dans ce que l’on appelle "l'Indoor Pollution" (pollution d'intérieur). Grâces à l'association Nature & Progrès Construction, tout le monde peut suivre des séances d'information basées sur ces approches. De plus des séminaires de formation d'un week-end existent également à notre bureau Etudes et Vie pour ceux et celles qui souhaitent en savoir davantage. En attendant, il est souhaitable que ces nuisances soient mieux connues du grand public, ainsi que les moyens de faire appel aux services de spécialistes, de même que les possibilités de créer des aménagements sains.…
Benoît Louppe
Tecn.chimiste, écobiologue, expert en environnement électromagnétique.