Un bon lit à la bonne place!

Rester tout une journée sous sa couette, demeure un vœu pieux ; y dormir, une réalité phénoménale. Depuis que les matelas se sont diversifiés, les choix deviennent de plus en plus intéressant et adaptés à notre corps. Par contre l’influence électrique des moteurs sous le sommier ou des appareils présents autour du lit peuvent présenter un certain nombre de désagréments. Pourtant il est très simple d’éviter ces inconvénients et de s’en protéger.

Les conseils d'une personne compétente en pollution électromagnétique peuvent également dans ce cas devenir importants pour réunir les éléments d’un bon lit à la bonne place.

Les sources de rayonnements électromagnétiques se multiplient constamment depuis ces 30 dernières années, tant en variétés qu'en intensités. La présence du facteur électrique dans nos maisons ne fait que croître : appareils électroménagers en tout genre, chaîne HI-FI, radio-réveil, lustres et luminaires, allogènes, cuisines équipées… On peut parler aujourd'hui d'un "brouillard électromagnétique artificiel" enveloppant nos maisons. L’influence électrique dans une chambre à coucher et le choix d’un lit peuvent-ils devenir des éléments pouvant favoriser ou non la récupération du sommeil ?

Une histoire de duvet...

La vogue des couettes est d’actualité. Les édredons remplis de plumes seraient originaires d’Europe du nord et dateraient de la domestication des canards sauvages (cousins des eiders), aux alentours du 18e siècle.

Il est vrai que lorsque l’on a goûté au confort et à la liberté d’une couette, on ne revient plus souvent aux lourdes couvertures et draps de lit. Notre choix doit se tourner plutôt vers des couettes naturelles. Plus le pourcentage de duvet est élevé, plus la couette est chaude et légère !

De plus, toute couette doit être revêtue d’une housse, simple question d’hygiène. Celles-ci devra être lavée au moins une fois par semaine. Et si vous êtes asthmatique, un lavage fréquent est conseillé. Les acariens, micro-organismes peuplant les moquettes, matelas, coussins, couettes sont plus fréquents et se développent, dans certaines conditions de chaleur et d’humidité. Par gramme de poussière, il peut il y en avoir de 2000 à 3000. Leurs déjections peuvent être allergisantes et favorisent le développement de l’asthme. Une bonne aération du lit est conseillée pour éliminer l’humidité accumulée durant la nuit. Les chambres situées dans des pièces froides ou au nord de la maison, sont plus humides et l’incidence de l’allergie aux acariens y est plus grande qu'ailleurs. Ceci dit, l’origine d’une allergie est multiple et le fait d’être sensible aux acariens n’est que le résultat d’un certain niveau d’encrassement du corps.

Le choix du sommier

Les lattes offrent aujourd’hui une large palette de confort. Les literies à lattes procurent un bon sommeil réparateur. Cependant, leur choix variera suivant notre budget et notre souci du confort. Le degré de fermeté du lit dépendra du matelas et du sommier ensemble. En fait, il n’y a pas vraiment de bon ou de mauvais lit, mais une variété de morphologies et d’adaptations propres à chacun.

Si les fabricants créent différents modèles c’est parce qu’ils emploient souvent des techniques différentes et chacune bénéficie d’un procédé "unique". Ce qui n’est pas pour nous faciliter la tâche. Ceci dit, un lit sera déjà valable s’il possède une bonne suspension c’est-à-dire, si les lattes sont suspendues à des rotules souples et articulées.

En caoutchouc ou en élastomère, elles assurent leur rôle de suspension en bougeant verticalement ou horizontalement. De plus, on évitera que les lattes soient rigides. Elles doivent renforcer le soutien au niveau du bassin et l’atténuer au niveau des épaules. Mais un bon conseil, essayez le lit, il n’y a rien de tel. Les habitudes et les notions de confort ne sont pas toujours simples à cerner pour tomber sur un lit idéal.

Quel matelas préconiser ?

Mousse polyuréthanne ou ressort ? La mousse permet de moduler pression et soutien. Elle assure une suspension et une aération sans pareil. De plus, certaines sont dotées de canaux d’aération en forme de vertèbre. Ce qui assure encore une meilleure aération.

Actuellement, il existe dans le marché, des matelas en mousse naturelle lavable. Ces matelas sont recouverts d’une housse à tirette également lavable.

En ce qui concerne les matelas à ressort, certes, un bien-être se fait ressentir au niveau des articulations du dos. Mais chaque rangée de ressorts doit obligatoirement reposer sur une latte.

Et l’électricité ?

Les pollutions électromagnétiques n’ont jusqu’ici guère été prises en considération parmi la liste déjà imposante des facteurs de pollutions ambiantes dans l’habitation. Si les polluants chimiques sont en général perceptibles directement par l’odeur qu’ils dégagent, par les effets irritants respiratoires ou cutanés qu’ils provoquent, les pollutions électromagnétiques sont au contraire plus sournoises car elles ne se perçoivent pas directement (excepté dans certains cas extrêmes); elles n’exercent leur effet néfaste sur la santé qu’après plusieurs années et les symptômes qui leurs sont attribuables se diluent dans tout un fouillis d’autres facteurs possibles de maladies.

D’un point de vue électrique, les matelas à ressorts pourraient perturber plus vite notre métabolisme cellulaire. Une masse métallique peut canaliser les champs électriques de basses fréquences. Ces champs proviennent de l’utilisation de radioréveil, lampe de chevet, chaîne hi-fi, cordelières électriques... Ceux-ci trouvent non seulement un conducteur adéquat pour se diffuser mais en plus un amplificateur idéal grâce aux spires métalliques du matelas. Ces champs alternatifs de fréquence 50 Hertz pénètrent dans notre corps toute la nuit et peuvent entretenir une excitation de nos cellules nerveuses.

La solution la plus simple, si vous possédez un lit métallique ou un matelas à ressort, c’est de débrancher ou d’écarter à un mètre au minimum de votre corps, tous les appareils électriques. Ainsi vous ne serez plus autant exposé. Notre corps est une antenne, il sait accumuler jusqu’à saturation des ondes parfois défavorables à notre équilibre.

En règle générale, les pollutions électriques d'intérieur sont pratiquement toutes maîtrisables, un peu de bon sens et quelques techniques sont suffisants pour assainir correctement une chambre à coucher ou les pièces dans lesquelles l'exposition serait relativement longue.

Une bonne mise à la terre à la terre est très importante. On peut considérer que dans ce domaine particulier de «l’habitat sain», il est nécessaire de disposer dans toute la maison d’une mise à la terre dont la résistance est inférieure à 7 ohms.

La meilleure conception de type de câble utilisé pour assainir la pollution électrique consiste en l’utilisation de câbles blindés V.M.V.B. (Brevet International de la Câblerie d’Eupen). Ce câble ne rayonne qu’une infime partie du champ magnétique émis par un câble classique dans les mêmes conditions et supprime les champs électriques et même les hautes fréquences pouvant pénétrer par le réseau faisant antenne.

De plus la présence des appareils électriques autour du lit comme les radio-réveils, les fils des lampes de chevet et les rallonges électriques engendrent des champs électriques et magnétiques importants sur la tête du dormeur dont ils sont en général proches (jusqu’à 60 V/m et jusqu’à 6 mG). Il est nécessaire, pour certains types de réveils, de les placer à plus d’un mètre du lit. Conseillons plutôt les réveils à piles avec ou sans aiguilles phosphorescentes !

Le cas de la rallonge électrique est intéressant. Il n’est pas rare de constater que lorsqu’une personne souhaite raccorder plusieurs appareils en même temps, les fils souvent situés sous le lit (et pire à la tête du dormeur), forment une bobine (spire) qui va « amplifier » le champ électrique à un endroit donné.

D’autre part, un lit munit d’un moteur commandé électriquement pour le réglage de la position du corps est à proscrire s’il n’est pas munit d’un interrupteur automatique avec coupure bipolaire. Les anciens modèles de moteurs alimentés par un fil côte à côte sans possibilité de mise à la terre sont des émetteurs importants de champs électriques : de l’ordre de 50 à 100 V/m. Mais actuellement, il existe sur le marché des lits avec moteur électrique mis à la terre (trois fils au lieu de deux) et avec coupure automatique bipolaire. Pour ces modèles uniquement, on ne mesure ni champ électrique ni champ magnétique. Pour ceux muni d’une terre mais sans coupure bipolaire, seul un champ magnétique alternatif de l’ordre de 10 mG sera mesuré au centre du lit, là où le moteur se trouve. Et lorsque la personne règle le niveau de son lit, il n’est pas rare de mesurer des champs magnétiques de l’ordre de 15 à 60 mG. La même réflexion peut se porter sur les fauteuils électriques…. Et que penser des fauteuils assurant un massage des muscles du corps ? Là encore, la prudence s’impose. Ceci dit, la durée d’exposition sur un fauteuil de ce type est moindre qu’au niveau du lit.

Des études scientifiques récentes ont misent en évidence des symptômes typiques, tels que : troubles du sommeil et de la vigilance, fatigue chronique et dépression, ou au contraire avoir une hyper-nervosité et parfois même des troubles immunitaires peuvent exister !

Les lampes de chevet (surtout celles dont le corps est en bois) engendrent des champs électriques qui rayonnent sur l’oreiller. Il faut tenir le câble de raccordement à distance du lit et veiller à ce que l’interrupteur de passage intercalé sur le câble soit bipolaire ou le couper simplement sur la "phase" électrique (à condition que le réseau électrique soit en 220 V + neutre ).

Si malgré l’éloignement prudent, il n’y a pas de diminution significative de la valeur du champ électrique mesuré, alors il y a lieu de déterminer le circuit électrique à protéger et de placer un Biorupteur ®, un petit appareil capable d’éliminer tous les champs électriques dans les chambres. Il met hors tension les circuits des chambres à coucher durant la nuit et se place sur le coffret de fusibles, en aval des fusibles desservant la chambre à protéger.

Souvent après quelques jours où quelques semaines, la plupart des personnes touchées par ces rayonnements, retrouvent un sommeil réparateur, une meilleure concentration et souvent même une amélioration de leur santé.

N’oublions pas qu’une chambre à coucher est une zone de repos d’où tout facteur de stress doit être banni. C’est là que le corps reconstitue son potentiel énergétique. W.R. Adey, de la Commission Nationale Américaine de Protection contre les Radiations, écrit que l’exposition aux champs électromagnétiques artificiels est une forme de stress oxydatif, c’est à dire un facteur de vieillissement prématuré de l’organisme. Le repos bien compris permet de compenser ce stress grâce à la sécrétion de mélatonine par la glande pinéale. Or cette glande pinéale peut dans certains cas être inhibée par la présence de champs électromagnétiques.

En conclusion…

Il est clair que la chambre et le lit doivent rester le plus « neutre » possible. Un certain nombre de recommandations au niveau du choix du sommier, du matelas, de la literie, du lit et du confort électrique est indispensable. Demandez conseil chez votre distributeur habituel de literie et de matelas en lui soumettant ces quelques critères de bien-être…S’il est un peu informé, il devrait pouvoir vous aider à aménager sainement votre lit dans votre chambre.

Il existe une interdépendance entre la santé de l'habitant et l'environnement de sa chambre. Il y a des questions de santé publique qui sont posées, actuellement on classe ces phénomènes dans ce que l’on appelle "l'Indoor Pollution" (pollution d'intérieur). En attendant, il est souhaitable que ces nuisances soient mieux connues du grand public, ainsi que les moyens de faire appel aux services de spécialistes, de même que les possibilités de créer des aménagements sains.…

Benoît Louppe
Tecn.chimiste, écobiologue, expert en environnement électromagnétique.