Un juge espagnol en 2000 a ouvert la voie contre la pollution électromagnétique liée à la haute tension -

Un jugement décrétant que les champs magnétiques émis par un transformateur peuvent être nocifs, a été rendu à Murcia (Espagne). Ce jugement est le premier en Europe. Malgré la controverse régnant à ce sujet, il a condamné une société d’électricité (dans le cas présent IBERDROLA) à dédommager la famille qui a vécu dans le logement situé au dessus du transformateur.

Pour la première fois en Europe, le juge de Murcia a estimé que les transformateurs électriques tels ceux utilisés dans les réseaux de distribution de toutes les villes et agglomérations, et sur lesquels sont habituellement apposées des étiquettes indiquant “DANGER” ou “HAUTE TENSION”, généralement situés au rez-de-chaussée ou au sous-sol des buildings, génèrent une pollution électromagnétique qui peut être nocive pour la santé.

La société d’électricité Iberdrola, propriétaire de l’installation concernée par le jugement, doit adopter des mesures afin que les champs électromagnétiques générés par le transformateur au premier étage du building des plaignants, ne soient plus présents dans les appartements proches.

Le plaignant Francisco Hernandez a mesuré la pollution électromagnétique à son étage.

Le jugement rendu en dépit des controverses et bien qu’il existe toujours des doutes sur le plan scientifique est un précédent significatif pour toutes les associations et personnes qui protestent depuis fort longtemps contre la proximité de lignes à hautes tensions, de transformateurs, de tours relais de transmissions hertziennes, de stations relais de téléphonie mobile. Toutes ces sources constituent la pollution électromagnétique.

José Luis Mazon, l’avocat de la famille du plaignant connaît plusieurs cas qui suivront bientôt la même voie légale. Ce jugement est une vraie révolution!

La société Iberdrola fera appel du jugement “parce qu’il n’est pas certain que le transformateur soit nuisible pour la santé”, selon ses avocats. Il y a trois solutions possibles :

  1. Enlever l’installation,
  2. Installer des protections adéquates (ceci n’est pas toujours aisé),
  3. Rembourser la valeur de l’appartement de la famille lésée.

Le Président de la 6è chambre du tribunal de Première Instance de Murcia, José Moreno, a estimé que les citoyens ont le droit de vivre dans un habitat sain, libre de toute pollution électromagnétique.

L’avocat Mazon déclare que la société Iberdrola devra verser 600.000 pesetas à la famille lésée.

Perte de valeur immobilière réelle

Aucun procès de ce type n’a pu aboutir en Europe et seuls quelques jugements similaires ont été rendus aux USA, mais pour d’autres raisons. Il a été démontré qu’un transformateur électrique tel celui impliqué dans le cas présent, diminue la valeur immobilière réelle des résidences proches de l’installation. La Science ne remet pas en question l’existence des champs électromagnétiques, lesquels sont facilement mesurables, mais bien leur effet nuisible pour la santé. Et, si ces effets sont établis, nous voudrions connaître la distance à partir de laquelle ces champs devraient être interdits.

Quelques unes des études les plus sérieuses ne sont pas concluantes, mais elles admettent que comme dans le cas des téléphones mobiles, il est nécessaire de se montrer prudent.

“Les plaignants de Murcia, Francisco Hernandez et Maria Theresa G.G. ont dû abandonner leur appartement il y a trois ans à cause de problèmes constants, nuit et jour, dus à ces champs électromagnétiques” , déclare l’avocat Mazon. L’avocat explique que l’ignorance a été un problème dans l’investigation. “Ici, personne ne connaît rien. Il a été très difficile de procéder à des expertises de mesures pour démontrer la présence de cette pollution dans les locaux d’habitation.”

Il a fallu contacter le Professeur Javier Abellan à l’Université de Murcia. Alors, le juge a dû consulter la littérature limitée à ce sujet et spécialement les études du Prof. José Luis Bardasano de l’Université d’Alcacala de Henares, qui indiquent, dit Mazon, que l’exposition à plus de 0,3 microteslas (unité de champs magnétiques) pendant de longues périodes est nocive pour la santé.

Le jugement déclare que “l’on ne peut pas déterminer l’existence de dommages physiques causés par ces champs et que le jugement ne souhaite pas donner d’informations alarmantes”, mais il reconnaît le droit des citoyens à bénéficier d’un habitat libre de toute pollution électrique.

Quelques 150.000 familles espagnoles vivent près d’un transformateur
Personne ne connaît exactement combien de transformateurs et d’antennes relais de téléphonie mobile se trouvent en zone urbaine en Espagne. Carlos M. Requejo, consultant en environnement et membre de l’association GEA attribue le fait de ne pas faciliter la localisation à des raisons stratégiques de business, parce que les opérateurs craignent des attaques.

Quelques études ont couvert des zones et des voisinages, transformateur par pransformateur eton a pu calculer qu’environ 150.000 familles vivent à proximité immédiate de l’un de ceux-ci.

Les installations de tranformateurs ont augmenté au cours de ces dernières années, admet l’expert. Par exemple, il explique que les nouveaux de la société Endesa sont isolés ou sont bien localisés, mais que les problèmes sont liés aux anciens transformateurs qui devraient progressivement être adaptés.

Et il y a encore un autre problème : les lignes électriques sous les trottoirs, à quelques centimètres sous nos pieds ; elles peuvent être plus dangereuses que les lignes aériennes.

Vivre avec les problèmes

Les plaignants ont dû vivre avec une installation électrique sous leurs pieds (Barcelone).
Les mains qui tremblent, des refroidissements à répétition, des allergies inexpliquables et de nombreux maux de tête se sont manifestés durant les neuf années au cours desquelles les Hernandez ont vécu dans leur appartement au centre de Murcia.
Chaque fois qu’ils quittaient l’appartement pour le week-end ou pour partir en vacances, leur état de santé s’améliorait soudain ou leurs symptômes disparaissaient. Ils disent aujourd’hui: “Nous avons vécu avec, bien que nous n’ayons disposé d’aucune information au sujet des radiations, des champs ou des ondes électromagnétiques. Et, le plus grave était que nous n’imaginions pas un seul instant que nous pouvions avoir un transformateur sous l’étage” explique Francisco Hernandez, le père de famille.
“C’est pour cette raison que cela a pris tout un temps avant que nous comprenions que les symptômes étaient causés par quelque chose de concret. Toutes les pièces de l’appartement, la salle à manger exceptée, étaient localisées exactement au dessus du transformateur d’Iberdrola. C’était comme si nous vivions avec un poste de télévision emballé dans nos vêtements et allumé en permanence.
Les soupçons ont commencé à naître à la suite d’une fuite d’eau. Nous avons découvert le transformateur sous nos pieds. Quelques techniciens sont venus et nous ont expliqué la situation.”
Les problèmes ont finalement disparu lorsqu’il y a trois ans, les Hernandez ont décidé de déménager. Une recherche plus fouillée a alors commencé et les a conduits dans les bureaux des autorités compétentes ainsi que dans tous les laboratoires spécialisés dans ce domaine. Leur insistance a porté ses fruits. José Luis Mazon, l’avocat a résumé ainsi le cas avec enthousiasme: “Après des années de lutte, nous faisons des bonds de joie. Ceci démontre que la justice prévaudra. La bataille ne fait que commencer.”

Luis Angel Fernandez Mates

“HOT CABLES”: Les nombreuses recherches en laboratoire et les études sur les champs n’ont abouti à aucune conclusion définitive au sujet de la pollution électromagnétique, mais le meilleur conseil consiste toujours à prévenir plutôt que guérir. C’est pour cette raison que la décision sans précédent du tribunal de Murcia à aider une famille qui a vécu sur un transformateur est beaucoup plus significative, étant donné que les champs magnétiques augmentent sans cesse. Le téléphone mobile est le dernier exemple de cette prolifération. Dans ce cas, la pollution est produite principalement par le téléphone lui-même et affecte des millions de personnes en même temps. La science n’a toujours pas éclairci l’impact de cette technologie sur la santé.

Dans la décision du juge, ce qui a joué un rôle important, c’est le fait que l’Espagne possède une des équipes de recherche de référence. José Luis Bardasano, Directeur du Département de Spécialisations Médicales à l’Université d’Alacala et de l’Institut de Bioélectromagnétisme Alonso de Santa Cruz, déclare que cela prendra beaucoup d’années pour évaluer l’impact des champs électromagnétiques. Ainsi, en fait, depuis plusieurs années, les gens sont devenus indifférents au fait qu’ils vivent dans les nuisances de câbles à haute tension sans que leurs pouvoirs administratifs aient adopté de politique de prévention.

José Luis Bardasano et José Ignacio Elorrieta viennent de publier un ouvrage intitulé: “Bioelectromagnetism, Science and Health”, Ed. Mc Graw-Hill. Cet ouvrage est un excellent document permettant de savoir de quoi l’on parle ou à quoi se référer concernant l’électromagnétisme et ses implications “bénéfiques” ou non sur la santé;

D’après le site http://www.rense.com

 - Un procureur de la République en Italie inculpe d’homicide involontaire en relation avec des troubles pouvant résulter des champs électromagnétiques issus des réseaux électriques -

Trois cadres de la société d’électricité italienne ENEL ont été inculpés d’homicide involontaire en relation avec des troubles de santé pouvant résulter de la présence de champs électromagnétiques provenant de lignes électriques. Le Procureur a ordonné une vaste étude épidémiologique concernant l’apparition de tumeurs et de leucémies dans la province de Vénétie. Une plainte de parents d’élèves a déclenché l’ouverture d’une enquête, suite à la construction d’une école sous une ligne à haute tension à Mirano. D’autres plaintes émanant de communes proches ont suivi dans la foulée et le magistrat estime pouvoir établir qu’une trentaine de cas de tumeurs et de leucémies notamment infantiles pourraient bien être attribuables aux champs électromagnétiques. Neuf des malades sont décédés dans des conditions suspectes, selon le magistrat qui a examiné près de 6000 dossiers médicaux. Le procureur a donc de mis en examen Salvatore Macchi, responsable du réseau de distribution de la société d’électricité italienne ENEL, ainsi que deux cadres en poste en Vénitie : Edoardo Gambardella et Domenico Cappellieri, directeurs de la distribution et de la manutention d’ENEL. Les chefs d’inculpation sont “homicide et lésions involontaires, catastrophe involontaire et refus de communication de documents”. A suivre...

D’après :”Enerpresse n? 7516, pp. 2-3, 15 févr. 2000