Office Fédéral Allemand de Protection contre les Radiations qui met en garde...

L'Office Fédéral Allemand de Protection contre les Radiations met en garde, contre les risques pour la santé, des téléphones mobiles GSM

Source : "Berliner Zeitung", 2.08.2001

Le directeur de l'administration W. König déclare qu'il faut autant que possible ne plus laisser téléphoner les adolescents et les enfants avec un téléphone GSM. Il critique le manque d'informations à ce sujet.

Berlin, 30 juillet 2001.

Le Président de l'Office Fédéral Allemand de Protection contre les Radiations (BfS), Wolfram König met en garde les utilisateurs de téléphones mobiles GSM contre les risques possibles pour la santé que présentent ces téléphones. Le plus haut responsable allemand de l'office de protection contre les radiations a déclaré lors d'une interview au "Berliner Zeitung": "Les parents devraient autant que possible tenir leurs enfants à l'écart de cette technologie". W. König a également incité les conducteurs de voitures dont le véhicule n'est pas équipé d'une antenne extérieure à renoncer "rapidement" à téléphoner dans leur voiture. Le président du BfS a conseillé comme mesure de précaution "de limiter généralement le plus possible la durée des conversations avec le téléphone mobile".

Effets biologiques

"Certes, pour l'instant aucune preuve scientifique n'indique que le fait d'utiliser un téléphone mobile GSM puisse présenter en soi un danger pour la santé" a déclaré W. König. "Mais des effets thermiques et biologiques connus qui se manifestent appellent des précautions. Ainsi, on a pu observer des modifications des courants électriques du cerveau. Il faut pouvoir répondre d'urgence à la question de savoir si le fait de téléphoner avec un téléphone mobile peut conduire à des maladies des yeux, à des maladies des glandes lymphatiques, à des cancers du sang, ou à d'autres maladies" a déclaré W. König.

Le Président du BfS a critiqué le secteur de la téléphonie mobile. Il estime que les industriels auraient dû "bien plus tôt" informer les communes de la détermination des endroits d'implantation des antennes relais. Dans le futur, il faudra exiger "plus de transparence vis-à-vis du public" pour l'implantation d'antennes relais de téléphonie mobile.

"Je voudrais éviter que dans dix ans on nous reproche de n'avoir tenu compte que des intérêts économiques" (W. König).

Le Président du BfS exige: "Dans le futur, la décision de l'endroit de l'implantation ne devra plus se prendre uniquement selon les intérêts économiques des industriels. Du reste, certains endroits déterminés seront tabous pour l'implantation d'antennes relais. Je considère que les lieux d'implantation à éviter nécessairement sont ceux qui contribuent à augmenter les rayonnements des champs électromagnétiques près des jardins d'enfants, des écoles et des hôpitaux."

W. König ajoute: "Il doit exister pour les enfants avant tout une particulière obligation de précaution. Ils réagissent de façon plus sensible que les adultes sur le plan de la santé. Les opérateurs de réseaux de téléphonie mobile devraient actuellement assurer le contrôle de leur stratégie de marketing. En effet, ils cherchent précisément à conquérir les enfants comme clients. Les sociétés de téléphonie mobile GSM pourraient dans la durée s'attacher plus de clients si elles conseillaient clairement que des enfants en dessous de 16 ans devraient utiliser le moins possible un téléphone mobile GSM."

Les indications de l'intensité de rayonnement émis par l'appareil GSM, que devront faire figurer dans le futur les fabricants de téléphones mobiles sur l'emballage sont, selon le point de vue du Président de l'Office Fédéral Allemand de Protection contre les Radiations (BfS) insuffisantes. "Il me paraît plus sensé d'indiquer l'information sur l'appareil lui-même. Certes si les valeurs limites appliquées aux rayonnements électromagnétiques à hautes fréquences comme celles qui concernent la téléphonie mobile sont considérées comme suffisantes "pour éviter tout danger démontré", il devrait cependant être judicieux de tenir compte préventivement de risques possibles".